Un restaurant d’entreprise proposant des plats variés aux salariés

L’évolution de la crise pandémique a poussé le gouvernement à renforcer le protocole sanitaire de la restauration d’entreprise.

De plus en plus drastiques, ces mesures ont été annoncées par le Premier Ministre après une augmentation considérable de la circulation du virus dans tout l’hexagone.

Outre le respect des gestes barrières et de distanciation physique, le protocole sanitaire implique une organisation stricte et rigoureuse des réfectoires d’entreprise.

Ainsi, le nouveau protocole sanitaire de la restauration d’entreprise demande expressément à chaque entreprise de prendre les actions adéquates pour respecter à la lettre les nouvelles mesures sanitaires de la restauration collective.

Une vigilance accrue de la restauration d’entreprise

Tout comme la restauration rapide, la restauration collective ne reste pas moins un lieu de contamination élevée.

Les regroupements lors des repas en entreprise sont propices à la transmission du COVID-19. C’est pourquoi, le nouveau protocole sanitaire de la restauration d’entreprise exige :

Le comportement à adopter de la part des salariés

Depuis le début de la pandémie, il est indispensable de respecter les distances entre chaque personne de plus d’un mètre. Cette distanciation doit être appliquée quelle que soit la situation: repas au bureau, files d’attente, paiement en caisse …

D’autre part, le port du masque reste une mesure à appliquer dès que cela est possible et lors des déplacements dans tous les espaces collectifs.

  • Apporter les paniers repas

Le nouveau protocole sanitaire de la restauration d’entreprise demande à chaque salarié d‘apporter leur propre repas de manière à désencombrer au maximum les restaurants collectifs.

En effet, quand les conditions sont réunies, le salarié doit privilégier les paniers-repas à la cantine de l’entreprise.

  • Manger en solitaire

Le cas échéant, il faut donc prendre son panier-repas seul au bureau ou dans un espace prévu à cet effet tout en respectant les distances physiques établies à un mètre entre chaque salarié.

  • Se séparer lors des repas en restauration d’entreprise

Si le recours au panier repas n’est pas possible, l’option de la restauration collective au sein de l’entreprise reste une alternative à condition de s’asseoir seul à table.

Le protocole sanitaire de la restauration d’entreprise exige par ailleurs que la présence au sein du restaurant collectif doit être limitée au temps nécessaire du repas.

Un restaurant d’entreprise adapté à l’ensemble des salariés

  • Un sens de circulation

Pour faciliter les déplacements au sein des restaurants collectifs, il est impératif de garder la mise en place d’un sens de circulation.

Il ne suffit pas juste de l’appliquer mais surtout de le respecter par l’ensemble des salariés et du personnel de la restauration d’entreprise.

  • Une modification de la mise à disposition du matériel de restauration d’entreprise

Dans ce cas présent, l’intérêt est de limiter les objets pouvant être manipulés par tous les salariés à savoir: les bacs à couverts, la salière, la poivrière…) et de proposer des bouteilles d’eau individuelles à la place des carafes d’eau et des fontaines à eau.

  • Une mise à disposition de gels hydroalcoolique

Parmi les exigences du protocole sanitaire de la restauration d’entreprise, on compte la mise à disposition du gel hydroalcoolique.

Chaque salarié auprès des caisses et des sorties de restaurants collectifs mais également au sein de l’entreprise même, doit avoir accès au gel désinfectant. Il est important de l’utiliser afin d’enrayer la circulation du Covid-19.

Le personnel de restauration collectif doit faire respecter le port du masque au sein de son établissement et rappeler les gestes barrières à l’ensemble des convives.

  • Une réorganisation de l’aménagement du restaurant collectif

La disposition des tables doit prendre en compte ces mesures sanitaires en évitant le face à face et en respectant deux mètres entre deux salariés.

La possibilité d’intégrer des parois fixes ou amovibles entre eux est envisageable pour permettre une séparation physique.

  • Un nettoyage rigoureux et ponctuel des différents espaces

Le protocole sanitaire de la restauration d’entreprise souligne que le flux de salariés demande un effort supplémentaire quant à la propreté du restaurant d’entreprise.

Que ce soit pour le plan de travail, les salles de restauration ou les sanitaires, une adaptation et un suivi du plan de nettoyage habituel doit être renforcé.

L’aération des pièces en complément de celles en vigueur est également de mise plusieurs fois dans la journée.

La réorganisation du travail des salariés au profit du télétravail

Le nouveau protocole sanitaire de la restauration d’entreprise envisage également la mise en place du télétravail pour les activités qui le permettent.

Cette mesure vient compléter tout le protocole mentionné ci-dessus concernant la restauration en entreprise.

En effet, le protocole sanitaire a mis en avant l’importance du télétravail pour la lutte contre le COVID-19.

Il prévoit notamment la mise en place d’un plan d’actions visant à limiter la présence des salariés sur le lieu de travail et favorisant ainsi le travail à distance.

Par ailleurs, le télétravail « réduit jusqu’à 30 % le risque de contamination », insiste le ministère du Travail.

Le plan d’actions, découlant du protocole sanitaire de la restauration d’entreprise, prévoit aussi un renforcement des contrôles pour obliger les entreprises à respecter les mesures sanitaires.

Beaucoup de contaminations se font au sein de l’entreprise, il faut donc surveiller ces espaces de travail et pousser les sociétés à adopter le télétravail quand cela leur est possible.

Cependant, cette option reste difficilement applicable dans bon nombre d’entreprises alors qu’elle reste la meilleure solution à la diminution de la circulation du COVID-19.

Le protocole sanitaire de la restauration d’entreprise demande aux entreprises d’établir des mesures strictes afin de limiter les interactions sociales sur le lieu de travail.

Les horaires de travail des salariés devront être repensés pour limiter l’affluence aux heures de pointe par exemple.

Ce plan d’action doit être ajusté à la taille de l’entreprise et répondre aux exigences conclues lors du dialogue social.

Par ailleurs, un contrôle de l’inspection du travail peut être effectué à tout moment. Dans cette alternative, le protocole sanitaire de la restauration d’entreprise exige que le plan d’actions, mis en place au sein de l’entreprise, soit présenté à l’inspecteur.

En somme, le contrôle sanitaire de la restauration collective et de l’entreprise en elle-même ont été durement renforcées afin de garantir la sécurité de tous et de limiter la propagation du virus COVID-19.

Chacun est responsable de ses faits et gestes et pour le bien de tous, il est fondamental de se contraindre au respect des règles du protocole sanitaire de la restauration d’entreprise pour envisager une amélioration de la crise sanitaire et espérer un retour à la normale le plus vite possible.

Article précédentUn distributeur de cuisses de grenouille fait son apparition
Article suivantDigitalisation de la restauration: une garantie de succès

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici